Procédure hypnotique en soins palliatifs, cancer pour traiter la dépression



La prévalence des troubles psychiatriques dans les soins palliatifs est bien documentée, mais ceux-ci restent souvent non détectés et non traités, ce qui accroît encore le fardeau de la souffrance chez les patients qui font déjà face à de graves problèmes physiques et psychosociaux. Cet article se concentrera sur la dépression car elle représente l'un des troubles psychiatriques les plus courants traités par les psychiatres et les psychothérapeutes en soins palliatifs. Bien que la dépression dans les soins palliatifs puisse être traitée avec succès avec des antidépresseurs et une psychothérapie, un nombre important de patients souffrant de dépression ne réagissent ni aux médicaments ni aux psychothérapies existantes. Cela n’est pas surprenant étant donné que la dépression est un trouble complexe.

De plus, la gravité de la maladie sous-jacente aggrave la dépression dans les soins palliatifs. Il est donc important que les cliniciens continuent à développer des traitements plus efficaces contre la dépression dans les soins palliatifs.

Cet article décrit l'hypnothérapie cognitive, un traitement multimodal fondé sur des preuves pour la dépression, qui peut être appliqué à un large éventail de patients dépressifs en soins palliatifs. L'hypnothérapie cognitive, cependant, ne représente pas un produit fini ; c'est un travail en cours de validation empirique à affiner en fonction de la progression de la maladie et de la dépression clinique.

L'hypnothérapie

Quatre à six séances d'hypnothérapie cognitive sont consacrées à l'hypnothérapie. Ce module est présenté pour augmenter la guérison psychologique de la dépression dans les cancers avancés ou les soins palliatifs.

Pour atteindre ces objectifs, les séances d'hypnothérapie se concentrent sur :

  1. l'entraînement à la relaxation ;

  2. générer des modifications somato-sensorielles ;

  3. la démonstration du pouvoir de l'esprit ;

  4. l'expansion de la conscience ;

  5. le renforcement de l'ego ;

  6. la formation à l'auto-hypnose ;

  7. les suggestions post-hypnotiques.

L'entraînement à relaxation

Comme la plupart des personnes dépressives (50% à 76%) éprouvent des niveaux élevés d’anxiété, l’entraînement à la relaxation est considéré comme un élément important de l'hypnothérapie cognitive. En soins palliatifs, l'anxiété est souvent liée à la maladie et, dans certains cas, à la peur de mourir. Différentes techniques d'induction hypnotiques peuvent être appliquées pour induire une relaxation, le contraire de l'anxiété.

L'auteur utilise la méthode de relaxation avec une méthode de comptage adaptée de Gibbons pour induire et approfondir la transe hypnotique, cette technique pouvant être utilisée simplement pour l'entraînement à l'auto-hypnose. Dans l'étude d'hypnothérapie cognitive pour dépression rapportée par Alladin et Alibhai, la plupart des patients ont montré qu'ils ressentaient une expérience de relaxation stimulante car cela leur donnait la confiance nécessaire pour écarter les expériences anxieuses dans leur vie. La capacité à se détendre est particulièrement utile pour les patients en soins palliatifs, car elle les aide à se sentir à l'aise en fin de vie.

Brugnoli a noté que l'anxiété n'est souvent pas traitée en soins palliatifs. Bien que les benzodiazépines puissent réduire efficacement les symptômes d'anxiété, leurs avantages à long terme ne sont pas établis. L'hypnose et l'autohypnose constituent un adjuvant ou une alternative rapide, économique et sûr au traitement médicamenteux des troubles liés à l'anxiété dans les soins palliatifs.

Produire des changements somato-sensoriels

Le moyen le plus efficace de modifier une expérience est de produire une nouvelle expérience. L'hypnose est un processus puissant pour induire la connaissance syncrétique, qui comprend une matrice de changements cognitifs, somatiques, perceptifs, physiologiques, viscéraux et kinesthésiques.

L'amplification hypnotique et la modulation de la connaissance syncrétique (sensation de détente, de calme, de confort, de chaleur, de lourdeur, de flottement, etc.) fournissent aux patients déprimés, en particulier en soins palliatifs, une avancée spectaculaire qu'ils peuvent ajuster leur trouble dépressif et expérience négative.

Selon DePiano et Salzberg, l'induction d'une implication positive est en partie responsable des variations comportementales, émotionnelles, cognitives et physiologiques rapides et profondes observées chez les patients hypnotisés.

Syncrétisme

Le syncrétisme désigne un système archaïque de pensée et de perception, qui constitue la première étape du développement de la connaissance humaine.

Il se est caractérise par une appréhension globale, floue, non structurée de la réalité.

Démonstration du pouvoir de l'esprit

Pour confirmer d’avantage la confiance des patients déprimés dans l'efficacité de l'hypnose, la catalepsie des yeux et du corps est induite dans l'hypnose. Les catalepsies montrent aux patients qu'ils ont la capacité de produire des variations somato-sensorielles dans leur corps en appliquant la puissance de leur esprit.

L'utilité de cette procédure est bien illustrée par le cas de Bob, un ingénieur en électronique âgé de 55 ans, atteint d'un trouble dépressif majeur chronique, qui doutait de l'hypnose. Bob pensait que sa dépression était un trouble biochimique héréditaire de son père, qui souffrait d'anxiété et de dépression au cours de sa vie d'adulte.

Bob n'a pas montré une bonne réaction aux médicaments antidépresseurs et il était convaincu que la thérapie cognitivo-comportementale le soutiendrait. Il a lu un article dans le journal sur les changements corticaux produits par la thérapie cognitivo-comportementale et « il était convaincu qu'elle l'aiderait... ». 5 séances d'hypnose ont été nécessaires pour apprendre à Bob à acquérir une image positive de l'hypnose.

Les séances étaient consacrées au renforcement de l'ego, à l'induction positive de l'humeur, à la prise de conscience et à la démonstration du pouvoir de l'esprit sur son corps (en produisant une catalepsie des yeux et du corps et en le défiant d'ouvrir).

Après ces séances, Bob est devenu fasciné par l’hypnose et a commencé à lire des livres à ce sujet. Il était intrigué par le fait qu'il ne pouvait pas ouvrir les yeux ou sortir de la chaise, ce qui renforçait sa conviction qu'il pouvait changer et renforcer son esprit et son corps. Il a commencé à montrer d'importantes améliorations et a indiqué au thérapeute qu'il aimait venir en thérapie et il attend avec impatience ses « séances fascinantes » .

Ce cas illustre le potentiel exceptionnel de l'hypnose à produire des changements cognitifs, émotionnels et somato-sensoriels extraordinaires chez les patients déprimés.

Amplification et expression de l'affect

La variété des émotions ressenties par les dépressifs est fortement réduite en raison de la rumination constante de leurs symptômes et des conséquences de leurs symptômes. Ces tendances ruminatives sont plus évidentes dans les soins palliatifs en raison de la nature de leur maladie en phase terminale.

Néanmoins, cela ne signifie pas que les dépressifs n’ont pas plusieurs sentiments; cela signifie que les patients sont vaguement conscients du courant émotionnel sous-jacent dans les interactions avec les autres. L'hypnose fournit aux patients déprimés en soins palliatifs un moyen puissant de produire, d'intensifier et d'exprimer une variabilité des sentiments négatifs et positifs.

La technique d'amélioration de l'expérience affective et de son expression établie par Brown et Fromm peut être utilisée avec succès chez les personnes déprimées pour :

  1. transporter leurs émotions sous-jacentes vers la conscience ;

  2. sensibiliser à un large éventail de sentiments ;

  3. améliorer les effets positifs ;

  4. intensifier le choix «découvert» de l'affect et des émotions.

Le script suivant montre comment les émotions sous-jacentes peuvent être sensibilisées, amplifiées et décrites verbalement :

" En continuant à vous détendre, vous pouvez prendre conscience d'un sentiment spécifique… Ce sentiment spécifique deviendra plus clair et plus clair… et vous pourrez me le décrire… Maintenant, qu'est-ce que vous ressentez ? "

Une fois que le patient est capable de décrire le sentiment, l'étape suivante consiste à l'intensifier.

" Maintenant, je vais compter lentement de 1 à 5… au moment où j'atteins 5, vous deviendrez encore plus conscient de ce sentiment… vous commencerez à en faire l'expérience dans votre corps… remarquez où dans le corps vous avez ce sentiment… remarquez la sensation dans votre cœur… remarquez les muscles de votre visage… remarquez ce qui vous passe par la tête… et remarquez le sentiment de plus en plus fort... "

L'aptitude à vaciller entre différents sentiments et émotions perturbe la séquence dépressive et contrecarre l'affect dépressif.

Renforcement de l'Ego

Bandura a démontré expérimentalement que l’auto-efficacité, l’espérance et l’assurance de pouvoir faire face à diverses situations améliorent les résultats du traitement. Les personnes ayant un sentiment d'auto-efficacité ont l'habitude de se percevoir comme maîtrisées.

Si les dépressifs peuvent être aidés à se comprendre eux-mêmes comme étant auto-efficaces, ils doivent alors se percevoir comme étant en contrôle. La technique la plus courante pour accroître l'auto-efficacité dans le cadre de l'hypnothérapie consiste à fournir des suggestions pour renforcer l'ego. Les principes qui sous-tendent le renforcement de l’ego sont d’éradiquer l’anxiété, les doutes et les récriminations de soi, et de rétablir progressivement la confiance des patients en eux-mêmes et en leurs compétences pour faire face à leurs difficultés.

Ainsi, les suggestions de renforcement de l’ego consistent en des suggestions de soutien généralisées visant à accroître la confiance du patient, ses capacités d’adaptation, son image de soi positive et ses compétences interpersonnelles. Hartland croit que les patients doivent se sentir en confiance et suffisamment forts pour pouvoir traiter leurs symptômes. Cependant, lorsque vous travaillez avec des patients en soins palliatifs déprimés, il est important d'élaborer les suggestions de renforcement de l'ego de manière à ce qu'elles apparaissent crédibles et logiques.

Par exemple, plutôt que de dire « chaque jour, vous vous sentirez mieux », il est prudent de suggérer :

« à la suite de ce traitement et après avoir écouté votre CD d’auto-hypnose tous les jours, vous commencerez à vous sentir mieux... détendue et confortable. » Cet ensemble de suggestions semble non seulement logique, mais se sentir mieux devient une condition nécessaire pour continuer la thérapie et écouter le CD d'auto-hypnose au quotidien

Suggestions post-hypnotiques

Les personnes dépressives sont prédisposées à ruminer avec des auto-suggestions négatives, surtout lorsqu'elles sont soumises à une expérience stressante (ex : « je ne peux pas gérer ça » ; « je ne pourrai pas y faire face »). Cela peut être considéré comme une forme d'auto-hypnose négative ou d'auto-affirmation négative, ou des suggestions post-hypnotiques qui peuvent devenir la contribution du cycle dépressif.

Pour contrer de telles auto-affirmation négatives, comportements, réactions émotionnelles et affirmations de soi (négatif), des suggestions post-hypnotiques sont systématiquement proposés en hypnose vers la fin de chaque séance d'hypnothérapie.

Voici quelques exemples de suggestions post-hypnotiques fournis par Alladin pour lutter contre l'auto-hypnose négative dans la dépression :

" Pendant que vous êtes dans un état douloureux, vous deviendrez plus conscient de la façon de gérer la situation plutôt que de vous concentrer sur votre sentiment de dépression..."

" Lorsque vous planifiez et agissez pour vous sentir plus à l'aise, vous vous sentirez mieux..."

" Lorsque vous vous impliquez dans les choses, vous serez motivé pour faire plus de choses..."

Les suggestions post-hypnotiques aide comme un moyen puissant pour accroître l'auto-efficacité perçue. Clarke et Jackson ont démontré que les suggestions post-hypnotiques augmentaient la conséquence de l'exposition in vivo parmi les agoraphobes. Ils pensent que les suggestions post-hypnotiques agissent comme une forme de conditionnement supérieur.

L'entraînement à l'auto-hypnose

La composante d'auto-hypnose de l'hypnothérapie cognitive est conçue pour produire un effet positif, contrer l’autohypnose négative et simplifier les compétences acquises dans les séances de thérapie aux conditions existantes. À la fin de la première séance d'hypnothérapie, chaque patient reçoit régulièrement un CD audio de la session. Le scénario du CD comprend une induction hypnotique, un entraînement à la relaxation, des suggestions pour renforcer l’ego et des suggestions post-hypnotiques.

Dans le cadre de leur travail quotidien, les patients sont incités à écouter leur CD, car cela offre une continuité de traitement entre les séances et fournit le contexte nécessaire à l'apprentissage de l'autohypnose. Le but ultime de CH est d'aider le patient dépressif à devenir autonome.

Alman et Yapko pesnent qu'en apprenant l'autohypnose, les patients peuvent acquérir une autonomie, un contrôle personnel et des comportements auto-correcteurs qui leur permettent de contrôler leur vie difficile. Ces interprétations ont été confirmées dans les études rapportées par Alladin et Alibhai et Dobbin, Maxwell et Elton. Dans cette dernière étude, Dobbin et al. ont examiné l'efficacité de l'autohypnose dans la prise en charge des symptômes dépressifs chez les patients déprimés en milieu de soins primaires. Les patients à qui on avait proposé des CD auto-hypnotiques présentaient une diminution importante des symptômes dépressifs autodéclarés (...).

ALLADIN, A.. Cognitive hypnotherapy for psychological management of depression in palliative care.

Annals of Palliative Medicine, North America, 7, nov. 2017.

#stress #anxiété #dépression #relaxation #douleur #hypnosedouleur #catalepsie

© Hypnose Saint-Nazaire | Hypnotiseur St-Nazaire

  • Hypnose Saint-Nazaire
  • Hypnose Saint-Nazaire
  • Hypnose Saint-Nazaire