© Hypnose Saint-Nazaire | Hypnotiseur St-Nazaire

  • Hypnose Saint-Nazaire
  • Hypnose Saint-Nazaire
  • Hypnose Saint-Nazaire

Efficacité des antidépresseurs contre l’insomnie



L’insomnie est une condition subjective liée à un sommeil insatisfaisant (ex : l’endormissement, le maintien du sommeil, le réveil précoce, l’altération du fonctionnement diurne). L’insomnie altère la qualité de vie et est associée à un risque accru de problèmes de santé physique et mentale, y compris l’anxiété, la dépression, les abus de drogue et d’alcool, et une plus grande utilisation des services de santé. Les médicaments hypnotiques (ex : les benzodiazépines et les médicaments Z) sont homologués pour favoriser le sommeil, mais peuvent induire des problèmes de tolérance et de dépendance, même si de nombreuses personnes suivent des traitements à long terme. L’utilisation d’antidépresseurs en cas d’insomnie est très répandue, mais aucun n’est homologué pour le traitement de l’insomnie et les preuves de leur efficacité ne sont pas claires. Cette utilisation de médicaments non homologués est peut-être motivée par les inquiétudes sur l’utilisation à long terme des hypnotiques et la disponibilité limitée des traitements psychologiques.

Pourquoi cette revue est-elle importante ?

L’insomnie (avoir des difficultés à s’endormir ou à rester endormi) est fréquente, environ 1/5 personne signale des problèmes de sommeil dans l’année précédente. L’insomnie peut entrainer une fatigue diurne, une détresse, des troubles du fonctionnement diurnes et une réduction de la qualité de vie. Elle est associée à des problèmes de santé mentale accrus, à des abus de drogue et d’alcool et à une plus grande utilisation des services de santé. La prise en charge dépend de la durée et de la nature des problèmes de sommeil.

Elle peut impliquer :

- un traitement de problèmes médicaux coexistants ;

- des conseils relatifs aux habitudes de sommeil et au style de vie (appelée hygiène du sommeil) ;

- des médicaments

- et des psychothérapies telles que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC, qui est une thérapie basée sur la parole).

Des médicaments appelés hypnotiques (ex : le témazépam et les médicaments Z [un groupe de non-benzodiazépines]) sont le plus fréquemment utilisés pour traiter l’insomnie et sont connus pour aider à dormir, mais peuvent avoir des problèmes tels que la tolérance (avoir besoin de prendre une plus grande quantité d’un médicament pour obtenir le même effet) et la dépendance (souffrir de problèmes physiques ou mentaux si la prise du médicament est interrompue). Les directives ne recommandent l’utilisation des hypnotiques qu’à court terme (de 2 à 4 semaines). Cependant, des millions de personnes dans le monde prennent des médicaments hypnotiques sur de longues périodes.

Les antidépresseurs sont largement prescrits en cas d’insomnie bien qu’ils ne soient pas homologués pour cette utilisation et que les preuves de leur efficacité ne soient pas définitives. Cela pourrait être lié aux inquiétudes vis-à-vis des médicaments hypnotiques. Les psychothérapies telles que la TCC sont connues pour aider à traiter l’insomnie, mais leur disponibilité est limitée. Par conséquent, des médicaments alternatifs, comme les antidépresseurs (utilisés pour traiter la dépression) et les antihistaminiques (utilisés pour traiter les allergies), sont parfois tentés. Il est important d’évaluer les données relatives à l’utilisation non homologuée de ces médicaments.

Conclusions des auteurs :

Nous avons identifié relativement peu d’études, majoritairement de petite taille et avec un suivi à court terme et des limitations de conception. Les effets des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) par rapport à un placebo ne sont pas évidents, avec trop peu d’études pour tirer des conclusions claires. Il pourrait y avoir une légère amélioration de la qualité du sommeil avec l’utilisation à court terme de faibles doses de doxépine et de trazodone par rapport à un placebo. Les degrés de tolérance et d’innocuité des antidépresseurs en cas d’insomnie sont incertains en raison d’un signalement limité des événements indésirables. Il n’y avait aucune preuve en faveur de l’amitriptyline (malgré un usage courant dans la pratique clinique) ou en faveur de l’utilisation d’antidépresseur à long terme en cas d’insomnie. Des essais de qualité élevée des antidépresseurs dans le traitement de l’insomnie sont requis.

Everitt H, Baldwin DS, Stuart B, Lipinska G, Mayers A, Malizia AL, Manson CCF, Wilson S. Antidepressants for insomnia in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2018, Issue 5. Art. No.: CD010753. DOI: 10.1002/14651858.CD010753.pub2

#stress #gestiondustress #stressposttraumatique #hypnosestress #hypnoseaddiction #addiction #insomnie #sommeil #anxiété #dépression